Sélectionner une page

Aprèp 7 meses, e mai ara, de grèva, le nòstre Printemps Occitan foguèt la bofada d’aire fresc, le revolum que nos fasiá mestièr. La nòstra pichona capitada… e mai la vòstra !

Aquela capitada es collectiva, que le Printemps es de totis : per aquò mercés a aqueles e aquelas que venguèron, aqueles e aquelas qu’aurián volgut venir, los e las que charrèron, los e las qu’escotèron, los e las que joguèron, los e las qu’ajudèron.

Pour nous c’est clair : cela fait bien longtemps que, sur de tels sujets, on n’avait vu des échanges aussi intelligents, constructifs, argumentés, entre des personnes qui s’écoutent, se respectent, ne monopolisent pas la parole, cette envie commune de changer les choses, les « biais de far », de faire ensemble pour vivre bien ensemble, d’œuvrer pour un bien commun et pas des intérêts trop réduits.

D’autant que nous étions nombreux, finalement, assez pour nous conforter dans nos luttes et nos réflexions, assez pour créer une véritable émancipation vis-à-vis des structures au cœur de nos débats. Assez pour crier : « Nous sommes légitimes ! »

Et assez pour recharger nos batteries, nos redonar de vam e de nhac… que n’aurem besonh !

La grève continue pour le CFPO. Le Printemps Occitan continuera donc lui aussi, chargé d’énergie et de forces nouvelles. Sous quelle forme ? Nous le déterminerons ensemble, autour de cette volonté commune de changer la société occitane.

Nous allons travailler à une synthèse des réflexions de ce premier Printemps Occitan, et nous les enverrons aux personnes présentes, comme le premier acte fondateur de la fédération de nos forces, de cette nouvelle occitanité que l’on voit se profiler à un horizon pas si lointain.

(Si vous n’avez pas pu venir mais que vous voulez rejoindre la dynamique, envoyez-nous simplement un petit message avec votre mail)

« Tot deu cambiar », ça diguèc le Caliu… e tot cambiarà !

Le Printemps Occitan !

Journée de réflexion, échanges, débats, mais aussi concerts, à l’initiative et en soutien aux salariés du CFPO (Centre de Formation Professionnelle Occitan), en grève depuis 7 mois !

Jornada de reflexion, escambis, debats, mas tanben concèrts, a l’iniciativa e en sosten als salariats del CFPO-MP, en grèva dempuèi 7 meses !

Journée constructive ouverte à tous-tes, le 19 mai 2018 à la Bourse du Travail, Place Saint-Sernin à Toulouse !

Vous souhaitez en savoir plus sur la lutte du CFPO et ses 7 mois de grève ? Téléchargez le communiqué expliquant tout ce que nous avons vécu, les raisons de notre grève, pour venir en tout conscience le 19 mai !

Programme

14h – Vers un autre occitanisme ? (Débat/Rencontre)

Où en est l’occitanisme ? Véritable pensée plurielle née, plusieurs fois, de différentes luttes du 20ème siècle, le courant d’idées pour la valorisation de l’occitan est aujourd’hui indéniablement en crise. Modèles associatifs à bout de souffle, institutionnalisation à l’excès, professionnalisation à double tranchant, manque d’idées, d’envies, incapacité à se structurer, à apprendre de ses avancées comme de ses échecs, à se remettre en question… l’occitanisme est sous le feu des critiques, et de plus en plus souvent celles-ci viennent de l’intérieur.

Où en sont nos envies de bouléguer, de chapar lo monde, face à une inertie ambiante ? Ce que nous vivons est-il un conflit générationnel occitan, entre ancien·ne·s accroché·e·s au manche et jeunes laissé·e·s pour compte ? Ou bien encore nous trouvons-nous dans un véritable conflit social, où, face à des méthodes indignes usées par quelques un·e·s, arborant des valeurs de paratge e convivéncia dont il·elle·s sont bien incapables de faire preuve, un mouvement informel se crée, plus collectif, plus démocratique, plus intègre et moins intégriste ?

Face à la fatalité subie et à la fatalité choisie, les ancien·ne·s salarié·e·s du CFPO en lutte proposent à tou·te·s celles et ceux qui se sentent concernés par ces questions, à celles et ceux qui ont envie d’un ailleurs pour ici, à celles et ceux qui pensent que tous les moyens ne sont pas bons pour sauver et promouvoir un bien commun de l’Humanité, à celles et ceux qui vivent déjà une occitanitude débarrassée de ses vieux démons, aux témoins attentifs de l’évolution du mouvement, à celles et ceux qui emploient d’autres formes de militance et à celles et ceux qui aimeraient bien le faire, de se retrouver pour faire le point et des mises au point, échanger, penser, construire…

Le printemps occitan comença uèi !

14h – Cap a un autre occitanisme ? (Debat/Rencontre)

Ont n’es l’occitanisme ? Vertadièra pensada plurala nascuda, mantun còp, de diferentas lutas del sègle 20-en, le corrent d’idèas per la valorizacion de l’occitan es auèi sens cap dobte en crisis. Modèls associatius desalenats, institucionalizacion a sadolh, professionalizacion de dus talhs, manca d’idèas, d’envejas, incapacitat a s’estructurar, a apréner de sas avançadas coma de sos fracasses, a se remetre en question… l’occitanisme es jol fòc de las criticas, e de mai en mai sovent aquelas venon de l’interior.

Ont ne son las nòstras envejas de bolegar, de chapar le monde, fàcia a una inercia ambienta ? Es que çò que vivèm, es un conflicte generacional occitan entre ancians arrapats al margue e joves abandonats? O alavetz es que sèm aquí dins un vertadièr conflicte social, ont, fàcia a metòdes indignes usats per unis, arborant valors de paratge e convivéncia que son plan incapables de ne far pròva, un moviment informal se crèa, mai collectiu, mai democratic, mai intègre e mens integrista ?

Fàcia a la fatalitat subida e a la fatalitat causida, les salariats e las salariadas del CFPO en luta prepausan al monde que se senton concernits per aquelas questions, al monde qu’an enveja d’un endacòm mai per aquí, al monde que pensan que totis les mejans son pas bons per salvar e promòure un ben comun de l’Umanitat, al monde que déjà vivon una occitanituda desbarrassada dels demònis vièlhs, als testimònis atentius de l’evolucion del moviment, al monde qu’emplegan fòrmas mai de militança e al monde que lor agradariá far aquò, de se retrobar per far le punt e mesas al punt, escambiar, pensar, bastir…

Le printemps occitan comença auèi !

 

16h – Trabalhar autrament (Taula redonda)

Volèm viure e trabalhar al país, se podiá entendre bèl temps a. Tiò, mas trabalhar… Per qui ? Per qué ? Demèst precarizacion generalizada, amolonament de refòrmas destructritz, liberalizacion a tot perdre, les/las trabalhaire-a-s son le dit entre duas pèiras, e lor demora pas qu’aquestas questions foscosas, tal la quista, non acabada, de sens.

Pr’aquò, las alternativas apareishon d’ací d’alà, e dins domanis plan variats : se parla o se torna parlar de cooperativas, de collaboracion, de collectius, de navas governàncias, d’autogestion, de navas e multiplas estructuracions sobent regropadas jos la bandièra de l’ESS, l’Economia Sociala e Solidària. Nos interessam al desvolopament local, a las gents qu’i vivon, als e a las que i demòran o que la se fan. I cream la nòstra ret finament, malham, teishèm, solidarisam. Cream, cultivam, fargam, produsèm. Reïnventam. Retrobam aqueste sens que cresiam perdut, e, mai important que tot, ligam aqueste sens als drets dels/de las trabalhaire-a-s, al respècte de l’individua, a l’uman. Participam al creish d’una nava societat, mai justa, mai egalitari, e mai duradissa.

Taula redonda amb actors-tritz que trabalhan d’ara enlà diferentament, que evocaràn lor percors, lors estructuracions, lors projèctes, mas tanbens les estèls d’una economia dita « sociala ».

Per trabalhar autrament al país !

 

16h – Travailler autrement (Table Ronde)

Volèm viure e trabalhar al país, pouvait-on entendre autrefois. Oui, mais travailler… pour qui ? Pour quoi ? Entre précarisation générale, successions de réformes destructrices, libéralisation tous azimuts, les travailleur·se·s sont pris en étau, et il ne leur reste que ces vagues questions, ainsi qu’une quête, inachevée, de sens.

Pourtant, les alternatives fleurissent un peu partout, et dans des domaines très variés : on parle ou on reparle de coopératives, de collaboration, de collectifs, de nouvelles gouvernances, d’autogestions, de nouvelles et multiples structurations souvent regroupées sous la bannière de l’ESS, l’Economie Sociale et Solidaire. On s’intéresse au développement local, aux gens qui y vivent, à celles et ceux qui y habitent et à celles et ceux qui le font. On réseaute finement, on maille, on tisse, on solidarise. On crée, on cultive, on fabrique, on produit. On réinvente. On retrouve ce sens que l’on croyait perdu, et, plus important que tout, on lie ce sens aux droits des travailleur·se·s, au respect de l’individu, à l’humain. On participe à l’émergence d’une autre société, plus juste, plus égalitaire, et plus durable.

Table ronde avec des acteur·rice·s qui travaillent d’ores et déjà autrement, qui évoqueront leurs parcours, leurs structurations, leurs projets, mais aussi les écueils d’une économie dite « sociale ».

Per trabalhar autrament al país !

PROGRAMMATION MUSICALE À VENIR…

À partir de 18h : balèti, concerts, mongetada…

Venir à la bourse du travail

Bourse du Travail

NOUS CONTACTER

10 + 2 =